Physiopathologie

La SEP est une maladie inflammatoire du système nerveux central. La gaine de myéline, qui entoure les filets nerveux (axones) et assure la conduction de l’influx nerveux est la cible privilégiée du processus pathologique, son altération, parfois sa destruction expliquant les symptômes de début de la maladie ainsi que celle des poussées.

Celles-ci sont dues à l’apparition de pages de démyélinisation (appelées plaques) qui seront réparties dans tous le système nerveux central qui contient de la myéline (cerveau, moelle, nerf optique. Ces plaques peuvent évoluer vers une sclérose définitive ou régresser grâce à une remyélinisation expliquant la présence de lésions d’âge différents dans le SNC (Système nerveux central) et de symptômes variables dans le temps.

L’atteinte du neurone et sa destruction peut survenir dans un second temps et expliquer l’installation d’une évolution progressive du handicap (formes secondairement progressives).

La cause précise de la maladie reste inconnue. Les recherches récentes semblent montrer que le système immunitaire (par l’intermédiaire des lymphocytes) se trouverait « activé » par un ou plusieurs facteurs pendant l’enfance et permettrait plus tard à ces lymphocytes de pénétrer dans le système nerveux central qui est normalement, un « sanctuaire » immunitaire (grâce à une barrière entre le sang et le SNC) et ne dispose pas du matériel pour se défendre efficacement .

administration du site